La presse s'enflamme pour Gavi, rayonnant avec la Roja

Publié le
Par Alyssa

À 17 ans et 62 jours, Gavi est devenu mercredi l'international espagnol le plus précoce de l'histoire de la Roja, lui qui était titulaire en demi-finale de Ligue des Nations. Et sur la pelouse de San Siro, le joueur du FC Barcelone a impressionné tout le monde.


Le monde du football impressionné par Gavi


Titularisé mercredi soir par Luis Enrique lors d'Italie-Espagne (1-2) en Ligue des nations, le milieu barcelonais Gavi est devenu à 17 ans et 62 jours le plus jeune international espagnol de l'histoire. 


Et il a en plus signé une grosse performance, ce qui n’a pas échappé aux yeux des amoureux du ballon rond, et encore moins de la presse.


Dans son duel face à Marco Verratti au milieu du terrain, le jeune joueur du Barça en est sorti vainqueur selon la presse européenne qui n'a pas caché son admiration pour le jeune prodige.


"Il est né en 2004, mais il joue comme un vrai footballeur. Il a donné beaucoup de fil à retordre à Verratti", a titré La Gazzetta dello Sport


En France, L'Équipe a ajouté : "Face à un maestro, Marco Verratti, il a montré qu'il n'avait peur de rien", et Le Parisien a insisté sur la comparaison avec le meneur de jeu italien, auteur d'un match moyen : "Gavi a fait jeu égal avec Verratti, qui a essayé de prendre le dessus, en vain".


Luis Enrique s'enflamme pour Gavi


Devant les journalistes hier soir, le technicien de 51 ans n’a pas tari d’éloges à l’égard du prodige.


"Nous parlons déjà d'un cas très inhabituel et il joue comme dans son propre jardin. C'est un plaisir de voir un joueur avec cette qualité et cette personnalité. Il est l'avenir de l'équipe nationale comme beaucoup d'autres joueurs", a déclaré le technicien espagnol dans des propos relayés par Marca.


Justesse technique et sale boulot

En 83 minutes sur la pelouse pour ses grands débuts avec la Roja, absolument pas inhibé par l'évènement, il a rayonné dans l'entrejeu de son équipe. 


Très à l'aise techniquement, toujours porté vers l'avant, il a grandement contribué à la supériorité espagnole au milieu de terrain notamment. 


Capable de jouer du pied gauche comme du pied droit, il a réussi 33 de ses 35 passes dans le camp adverse. Il est également l'Espagnol qui a le plus couru. 


Et pour couronner le tout, il s'est même payé le luxe de tenir tête à Marco Verratti après un duel entre les deux hommes.


Bref, vous l'aurez compris, une copie parfaite, que l’on rêve de revoir sous la tunique blaugrana !



Vous aimerez aussi :

Sondage du moment :



Réagissez à cet article :