Sergio Busquets entre un peu plus dans l'histoire du Barça

Publié le
Par Sebastien

Beaucoup le disaient sur la pente descendante et pourtant, Sergio Busquets semble avoir retrouvé une seconde jeunesse sous les ordres de Xavi. Encore très bon hier contre la Real Sociedad dans un match où il a été l’un des seuls à ne pas plonger physiquement en fin de match, le milieu de terrain a franchi la barre symbolique des 675 matchs disputés avec le maillot blaugrana.

 

Busquets fêté par ses coéquipiers

 

Si la victoire 1 à 0 contre la Real Sociedad ne restera pas gravée dans l’histoire culée, ce match avait donc une saveur particulière pour Sergio Busquets. Le capitaine blaugrana disputait son 675e match avec son club et devenait par la même occasion le 3e joueur de l’histoire culée à avoir joué le plus de rencontres plus le club. Sergio Busquets dépasse ainsi une autre légende du club : Andres Iniesta.

 

Sergio Busquets a reçu un hommage spécial de la part de ses coéquipiers et de l’ensemble du club puisqu’il s’est vu remettre un maillot floqué du numéro 675. Dans post Instagram, le milieu de terrain a publié un long message de remerciement à tout un club : « Le match d’hier était très spécial pour moi, j’ai atteint 675 matchs avec le club et je suis dans le top 3 des joueurs avec le plus de matchs dans l’histoire du meilleur club du monde en battant mon ami et coéquipier Andres Iniesta que j’admire et apprécie beaucoup. Je n’aurais jamais imaginé rejoindre un personnage aussi important qui restera à jamais dans l’histoire. Je remercie tous mes coéquipiers, le staff, le personnel du club, les fans et surtout ma famille qui ont été à mes côtés depuis le premier jour. Merci beaucoup pour le message de félicitations et pour le respect et l’affection de tous, j’espère continuer à jouer longtemps pour le club. Vive le Barça. »

 

Sergio Busquets va désormais partir à l’assaut de Xavi, 2e du classement avec 767 matchs en tant que joueur et Leo Messi qui trône en tête avec 778 rencontres disputées avec le FC Barcelone.



Réagissez à cet article :